À LA RECHERCHE DES TORTUES

À la recherche des tortues


Détrompez-vous, les biologistes du Zoo de Granby ne sont pas à la recherche d’extraterrestres, mais bien de tortues! Tout l’été, les biologistes du zoo ont parcouru un tronçon de 8 km de la Rivière-aux-Brochets, du centre-ville de Pike River, jusqu’à la baie Missisquoi, à la recherche des 12 tortues molles à épines relâchées en août, sur lesquelles des émetteurs à télémétrie ont été posés. Le but? Documenter leurs déplacements et déterminer les endroits de prédilection.

C’est plus de 150 km qui ont été ratissés et plus de 100 heures de recherche en kayak effectuée par les biologistes cette année! Parmi les guerrières, on compte trois tortues d’un an qui ont été suivies jusqu’à la fin de vie normale de l’émetteur (50 jours) et une âgée de deux ans qui est toujours suivie à ce jour (92 jours), qui porte un émetteur qui pourrait fonctionner jusqu’à la mi-mars. Cette dernière semble s’être trouvée un endroit pour hiverner puisqu’elle ne se déplace plus depuis 3 semaines et qu’elle est au centre de la rivière, où l’eau est profonde.

La tortue molle à épines est une espèce en voie de disparition au Québec. Il est très rare qu’on puisse l’observer dans son milieu naturel puisqu’elle est peu abondante, se camoufle très bien en s’enfouissant dans le fond de la rivière, et ne sort que pour respirer et, à l’occasion, se prélasser au soleil. Malheureusement pour elle, à sa sortie de l’eau, des prédateurs l’attendent. Cette année, 6 émetteurs ont été retrouvés, seuls, sur la rive, près de fèces de raton laveur laissant présager qu’elles en ont été la proie. Les poissons carnivores et certains oiseaux peuvent également s’en délecter.

Rétablissement de la tortue molle à épines au Québec

Dans le cadre du programme de rétablissement de la tortue molle à épines au Québec, en juin, les biologistes du zoo surveillent le site de ponte et attendent patiemment que les tortues viennent pondre leurs œufs. Les œufs des nids sont ensuite minutieusement récoltés, puis incubés en laboratoire. À l’éclosion, la majorité des tortues sont relâchées dans la rivière, mais quelques-unes sont gardées en laboratoire pour 1 à 2 années supplémentaires.

On appelle ce programme « Coup de pouce », puisqu’en élevant ses tortues en laboratoire et en les relâchant dans la rivière alors qu’elles ont 1 ou 2 ans, le zoo leur a donné un coup de pouce en début de vie en leur permettant de bien se développer, en absence de prédateur. Ce sont sur ces tortues que 12 émetteurs ont été installés, par les vétérinaires du Zoo de Granby.


Pour en savoir davantage

Nous vous invitons à visionner l'aventure de Mikinak, la petite tortue molle à épines, présentée en capsules vidéos.

Capsule 1 - Sortie de l'hibernation jusqu'à la ponte

Capsule 2 - Incubation et éclosion des œufs en laboratoire

Capsule 3 - Relâche en nature et projet scientifique

Capsule 4 - Caractéristiques particulières de l'espèce et mention des partenaires