Bâtisseurs de la faune

Au Québec, les « vacances de la construction » correspondent au moment où plus de 120 000 travailleurs œuvrant sur les chantiers profitent simultanément d’un congé de deux semaines, et ce, depuis 1971. Cette pause bien méritée nous permet de saluer non seulement le travail des bâtisseurs de chez nous, mais également celui, plus discret, du règne animal. Et si nous tenions les olympiades de la construction, qui, selon vous, remporterait les honneurs? Voici le palmarès proposé par le Zoo de Granby :

Médaille de bronze : le castor

Travailleur infatigable et entêté, le castor construit un barrage afin de maintenir l’entrée de sa hutte sous l’eau et pour avoir accès plus facilement à sa matière première, les arbres. Le barrage est fait de morceaux de bois sélectionnés, entremêlés ingénieusement, qu’il dispose contre le courant et qu’il « cimente » de boue, de pierres et de végétaux. Le plus long barrage au monde a été découvert en 2010 par un biologiste (grâce à Google Earth!) dans le parc de Wood Buffalo, en Alberta : il fait plus de 850 mètres de long (2 800 pieds) et aurait été travaillé par plusieurs générations de castors depuis les années 70.

Médaille d’argent : le termite

Semblable à un geyser solide, la partie extérieure de la termitière, ou cheminée est spectaculaire et peut atteindre plusieurs mètres de haut. Impressionnant quand on sait qu’elle se compose de terre et de la salive d’un insecte de 5 à 8 millimètres de long! Ces structures permettent d’évacuer naturellement la chaleur du nid qui lui, se trouve sous terre, et ainsi permettre à ses minuscules habitants de survivre dans des régions autrement hostiles : on peut donc attribuer la paternité de la climatisation aux termites!

Médaille d’or : les polypes

La palme d’or des grands architectes de la nature revient sans contredit aux polypes qui, avec patience et acharnement, construisent des structures visibles depuis l’espace! Petits animaux mous, les minuscules polypes se regroupent en colonie et se construisent un « squelette » dur en calcaire qui forme ce que l’on appelle le corail. Des milliers voire des millions de polypes construisent méthodiquement leurs structures, empilées sur celles des générations précédentes, jusqu’à former des récifs de plusieurs centaines de mètres de long. Les récifs abritent près de 25 % de la vie aquatique, en plus de protéger les berges en brisant les vagues. Le polype est, à plusieurs niveaux, un champion de la nature!