Bilan de deux années d'implication au Cameroun!




Avec une volonté croissante d’agir au-delà de ses frontières, le Zoo de Granby initiait en 2015 un ambitieux projet de conservation et de recherche scientifique au Parc National de Campo Ma’an au sud du Cameroun, en collaboration avec la Fondation pour l’environnement et le développement au Cameroun (FEDEC), le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’Université Concordia et le gouvernement camerounais.

En 2018 et 2019, Valérie Michel, technicienne en soins animaliers au Zoo, y a séjourné pendant huit mois afin de partager son expertise. Elle a ainsi collaboré aux différents projets dont le Zoo est partenaire, pour la protection des éléphants, des gorilles et des dizaines d’autres espèces animales habitant ce milieu naturel de 264 000 hectares en pleine forêt tropicale.

1. Lutte au braconnage

En une année seulement, 27 personnes ont été interpelées dans des actes de braconnage, 425 kg de gibier chassé illégalement ont été saisis et 32 campements illégaux ont été détruits.

Buffles, céphalophes, gorilles, mandrill, pangolins et éléphants font partie des espèces chassées par les braconniers. Pour contrer ces menaces, les écogardes ont besoin de véhicules performants et de routes de brousse bien entretenues. Voici les contributions du Zoo e Granby pour aider à la lutte contre le braconnage :

  • Achat de deux motos Yamaha AG100
  • Réparation de deux camions 4X4
  • Construction d’un pont sur la rivière Bitande
  • Achat d’équipement de surveillance (jumelles, GPS, appareils photos, appareils de communication satellite, lampes torches, etc.)

2. Suivi écologique des gorilles

Les gorilles du parc sont à risque en raison de la pression engendrée par les activités humaines. Ils sont ainsi menacés par le braconnage, la perte d’habitat en périphérie du parc et les maladies transmises par les humains. Le Zoo a donc mis en place les actions suivantes pour veiller à la santé des grands primates :

  • Construction d’un laboratoire de recherche sur les zoonoses (bâtiment renfermant plusieurs locaux alimentés à l’électricité et à l’énergie solaire, puits et réservoir d’eau)
  • Soutien sur place d’une technicienne en soins animaliers du Zoo de Granby pendant 8 mois
  • Achat d’équipement facilitant le pistage des gorilles et la survie en forêt (sacs à dos, trousses de premiers soins, GPS, caméras)

3. Gestion des conflits éléphants/humains

Les éléphants causent souvent des dommages aux cultures et plantations d’arbres fruitiers chez les communautés riveraines qui elles, se sentent menacées lors du passage d’éléphants dans le village. Cela crée des situations conflictuelles entre les animaux et les humains. Afin de diminuer ces conflits, l’Université Concordia et le Zoo de Granby ont unis leur force et ont recruté un étudiant camerounais au doctorat qui étudie l’écologie et les déplacements des éléphants autour du parc. Ses études lui ont permis de proposer des méthodes de mitigation pour éloigner les pachydermes en toute sécurité. Pour soutenir Isaac Blaise Djoko dans son projet de doctorat, le Zoo de Granby a fourni une aide technique et matérielle:

  • Achat de quelques dizaines de caméras-trap et installation en brousse
  • Soutien d’une équipe technique pour la recherche et le suivi d’éléphants
  • Achat de colliers GPS pour éléphants
  • Soutien technique pour des missions de capture d’éléphants pour la pose de colliers GPS permettant le suivi des populations dans le parc
  • Aménagement d’un système de mitigation de clôtures à ruches, les abeilles éloignant naturellement les éléphants… (découvrez comment à la lecture de l’article : Des abeilles pour sauver les éléphants?!).

4. Sensibilisation

Dans un contexte où le parc veut développer son potentiel écotouristique, il est important de susciter l’intérêt des touristes et de leur offrir des activités sécuritaires et stimulantes, tout en les sensibilisant à la conservation de la nature. La visite d’écoles, les sondages aux communautés et les entrevues à la radio locale font partie des actions entreprises par Valérie Michel dans les villages riverains de Campo, d’Akak et de Mabiogo, notamment.

5. Développement local

Les communautés voisines du parc vivent principalement de la chasse, de la pêche et des produits de la terre. Leur condition peut faire en sorte de les mener à exploiter illégalement les ressources des aires protégées pour satisfaire leurs besoins primaires, ce qui n’est pas souhaitable. En créant un sentiment d’appartenance au parc et en supportant le développement local, le Zoo de Granby encourage le respect envers la faune et la flore qui procurent tous ces bienfaits. Ainsi, un projet d’apiculture a vu le jour en 2018 dans certains villages bordant le parc.

  • Contrat de consultation et de formation
  • Achat d’une vingtaine de ruches et ses colonies d’abeilles
  • Achat de matériel apicole (combinaisons, sucre de nourrissage, enfumoirs, matériel de collecte du miel, matériel pour fabrication de chandelles et d’hydromel)
  • Soutien financier à une équipe de gestion des ruches

Et ce n’est pas terminé. Puisque nous souhaitons y assurer la préservation de la biodiversité pour les générations à venir, le Zoo de Granby sera présent au Cameroun pour de nombreuses années encore!