Des abeilles pour sauver les éléphants?!

Bien que ce soit un mythe, c'est pensée courante de croire que les éléphants ont peur des souris… Mais saviez-vous qu’ils ne font réellement pas bon ménage avec les abeilles?

Ainsi, dans le cadre de son projet de conservation au Parc National de Campo Ma’an du Cameroun, le Zoo de Granby et ses partenaires ont eu l’idée d’installer des ruches pour dévier le parcours des éléphants hors des villages, et ultimement, pour éviter le braconnage de ceux-ci. Résultats : des villageois heureux, des champs en culture, des plantations épargnées, des éléphants protégés… et du miel pour se régaler!

Mais débutons à la base… Au cours des 5 dernières années, le Zoo de Granby a développé un partenariat avec plusieurs organismes de conservation au Cameroun afin de favoriser la protection de la biodiversité dans le Parc National de Campo Ma’an (264 000 ha), au sud du pays. Les actions visent principalement la défense des éléphants et les gorilles.

Par ses actions, le zoo souhaite soutenir les écogardes dans la lutte contre le braconnage et contribuer au travail des scientifiques qui analysent les déplacements des éléphants.

L’une des situations à laquelle le zoo s’est intéressé est que plusieurs éléphants circulent dans les villages et se nourrissent de fruits issus de plantations d’arbres érigées par les communautés autochtones Pygmées Bagyeli habitant en bordure du parc, causant ainsi de réels conflits entre les humains et les éléphants. C’est là que les abeilles entrent en jeu…

Le Zoo de Granby et l’Université Concordia ont eu l’idée de répliquer une expérience initiée au Kenya. Il s’agit d’aménager une clôture autour des plantations, mais pas n’importe laquelle… Une clôture de ruches! D’un côté, les ruches fournissent du miel à la communauté et de l’autre, les abeilles assurent la protection et même la pollinisation des arbres fruitiers.

Les « clôtures à ruches » sont nées d’un projet initié par la chercheuse Lucy King en 2006, soutenu par l’Université d’Oxford, Disney’s Animal Kingdom et l’organisme Save the Elephants. Son projet se poursuit au Kenya en zone de savane.

Ce projet n’était pas nécessairement gage de succès au Parc National de Campo Ma’an puisque nous travaillons en forêt tropicale. Les abeilles ont ainsi moins d’intérêt à coloniser des ruches ayant nombre d’abris naturels en forêt.

Quoiqu’il en soit, les actions ont débuté en 2018 grâce au financement du Zoo de Granby et à la participation du Ministère des forêts et de la faune et du Ministère de l’Élevage des Pêches et Industries Animales au Cameroun.

Une vingtaine de ruches sont actuellement installées dans deux zones habitées où les éléphants sont également présents. En février, les premiers litres de miel ont été récoltés et distribués au chef de village et aux propriétaires d’une des plantations. Aussi, de l’hydromel et des chandelles ont été fabriqués avec le miel et la cire.

L’objectif est d’installer entre 50 et 100 ruches au cours des prochaines années afin de produire davantage de miel, de développer les produits de la ruche pour le marché local et de s’assurer que les clôture à ruches soient efficaces pour protéger les plantations contre l’appétit vorace des éléphants. Et cela semble porter fruit, car les paysans du village de Mabiogo mentionnent qu’au cours des derniers mois, les éléphants semblent moins s’aventurer à proximité des plantations!

Aidez-nous dans nos actions au Cameroun