Éléphants du monde entier, le 12 août, c’est votre journée!

L’éléphant est unique dans le règne animal. Il est à la fois capable d’une force phénoménale et d’une grande tendresse, comme la trompe d’une mère qui caresse délicatement son éléphanteau. Il est pourvu d’adaptations spectaculaires, fait preuve de rapports sociaux complexes et d’un système de communication élaboré. Il est intelligent, capable d’empathie et défend farouchement sa famille : à plus d’un niveau, il nous ressemble. Non, le grand pachyderme ne laisse personne indifférent : voir son premier éléphant est une émotion marquante, pour les petits comme pour les grands. Et si le 12 août est l’occasion de célébrer l’un des animaux les plus mythiques du règne animal, il est également de mise de souligner la précarité de sa situation en nature : l’éléphant a besoin d’aide.


Le nombre d’éléphants a diminué de près de 62% au cours de la dernière décennie. En Afrique, on estime qu’une centaine d’éléphants sont tués chaque jour par les braconniers : en fait, le nombre de décès dépasse le nombre de naissances observé chez cette espèce, contribuant au déclin des populations. C’est particulièrement pour l’ivoire de ses défenses que l’éléphant est toujours chassé, bien que le pachyderme doive également jongler avec la fragmentation de son habitat et les conflits avec les populations humaines, de plus en plus fréquents. Le rôle écologique du grand mammifère est pivot dans son environnement : il contribue à l’équilibre des écosystèmes, notamment en permettant la régénération de la végétation. De nombreuses espèces dépendent des éléphants et de leur manière de façonner leur environnement.

Le Zoo de Granby a la chance d’héberger 3 de ces magnifiques pachydermes; tous les jours, biologistes et techniciens partagent leur savoir et leurs connaissances avec nos visiteurs afin de les sensibiliser à l’importance de protéger ces animaux en nature. De plus, nos experts en conservation, soutenus par la Fondation du Zoo, mènent depuis 2016 un vaste projet directement en nature, dans le parc de Campo Ma’an au Cameroun. Celui-ci vise la protection des espèces animales contenues dans le parc, dont l’éléphant et le gorille, de même que le développement de solutions pacifiques pour favoriser la cohabitation harmonieuse entre les populations humaines et les gros pachydermes. Des clôtures constituées de ruches d’abeilles sont d’ailleurs à l’essai en périphérie de la réserve naturelle, ceci afin de décourager les éléphants à se rendre dans les champs cultivés par les populations riveraines au parc.

Si l’être humain fait partie du problème, la bonne nouvelle, c’est qu’il est aussi partie prenante de la solution. Le 12 août, prenons l’engagement de devenir des acteurs de changement, choisissons d’agir pour que nos enfants puissent eux aussi connaitre un monde où vivent des éléphants.