Se préparer en vue de l'hiver

Le Zoo de Granby a terminé sa saison 2022 le dernier week-end d’octobre, et nos équipes terrain s’affairent à préparer le site pour accueillir petits et grands le 26 décembre prochain. Mais face au changement radical de saison, il n’y a pas que les infrastructures qui changent de poil : les animaux aussi!


Plusieurs espèces, tolérantes à la neige et aux températures froides, voient leur physionomie se transformer et s’adapter à la rigueur du climat annoncé. Pour celles qui préfèrent la canicule, c’est un dernier sprint pour profiter des belles journées avant de se réfugier au chaud. Dans un cas comme dans l’autre, l’équipe des soins animaliers prépare ses pensionnaires à la transition vers l’hiver.

Les plus frileux

Pour les frileux, la migration vers les quartiers intérieurs se fait de manière progressive, en fonction de la résistance au froid; les reptiles, dont la température corporelle est directement influencée par la température ambiante, sont généralement les premiers à intégrer des espaces chauffés : c’est le cas notamment de Wally l’alligator et de ses comparses.

Crédit photo : Bertrand Duhamel

Malgré les températures parfois clémentes durant le jour, ce sont souvent les premières gelées de nuit qui motivent les techniciens à rentrer ceux qui ne présentent pas les adaptations nécessaires au froid. Toute cette opération est guidée par des barèmes de température préétablis par espèce et les grands principes du bien-être animal : si l’on a droit à un automne particulièrement doux, les animaux sont les premiers à en profiter!

Les amoureux de l'hiver

Pour ceux qui passeront l’hiver dehors, c’est le processus de transformation qui s’amorce. Chez les mammifères, le pelage s’épaissit afin d’isoler la peau de la morsure du froid et ainsi limiter la perte de chaleur corporelle : le renard arctique est si bien protégé qu’il conserve sa chaleur même à une température ambiante de - 50 degrés Celsius! Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, ce n’est pas la diminution des températures qui initie la modification du pelage, mais bien la baisse de la luminosité, combinée à des facteurs hormonaux.

Pour favoriser la production de réserves de graisse qui servent d’isolant, l’alimentation de plusieurs espèces au Zoo est graduellement ajustée afin de leur permettre d’accumuler les réserves nécessaires. Ainsi, la quantité de viande offerte aux tigres de l’Amour est majorée d’environ 10% entre l’été et l’hiver.

Crédit photo : Bertrand Duhamel


De plus, de nombreuses stratégies sont mises en place afin d’assurer un maximum de confort à tous nos animaux qui s’exposent au froid… et ce même si la nature les a pourvus des adaptations nécessaires! Ainsi, des pierres chauffantes et des chauffages radiants sont installés dans plusieurs habitats, permettant aux pensionnaires des lieux de gagner quelques degrés sur l’air ambiant. Lorsque le mercure chute drastiquement, l’accès aux bâtiments intérieurs chauffés est laissé au choix de l’animal.

Crédit photos : Bertrand Duhamel



Frileux ou amoureux de l’hiver, nous vous donnons rendez-vous le 26 décembre afin de venir admirer nos tigres, yacks, et macaques dans la neige, ainsi que nos girafes, éléphants et rhinos gardés bien au chaud dans nos pavillons intérieurs !